Parfois appelée « Optimisation Amont-Aval » ou encore « Gestion de portefeuille d’énergie », cela fait maintenant plusieurs années que l’Energy Portfolio Management est devenue une activité stratégique pour les énergéticiens (EDF, GDF SUEZ, etc.), les opérateurs de services énergétiques (Dalkia, Cofely, etc.), les Grands Industriels (Saint Gobain, Arcelor, etc.) ou encore pour les financiers. Après un 1er article de vulgarisation sur les Smart Grids en 3 questions, Energystream réitère l’exercice en vous proposant un éclairage sur une activité stratégique pour un bon nombre d’entreprises du CAC40. Focus en 3 questions sur l’Energy Portfolio Management.

L’Energy Portfolio Management, késako ?

Selon ses enjeux, l’activité d’Energy Portfolio Management consiste à gérer et à maximiser les performances de son portefeuille d’énergie en évaluant et en optimisant les moyens / ressources à disposition, les risques associés et les opportunités / menaces des choix possibles.

Plus concrètement,

Energy Portfolio Management

Quels sont les outils à disposition de l’Energy Portfolio Manager ?

Ainsi, si l’objectif de l’Energy Portfolio Management est d’atteindre un objectif concret de performance, plusieurs outils permettent de construire différentes stratégies pour atteindre cet objectif :

  • La gestion de ses moyens de production énergétique
    • Exemple : Centrale Nucléaire, centrale thermique, Parc d’éoliennes, etc.
  • La gestion / souscription à des contrats d’approvisionnement moyen et long termes
    • Exemple : 1 contrat de fourniture de gaz sur 3 années entre un énergéticien Français et un énergéticien Russe
  • L’achat et la vente d’énergie (plus communément appelé Trading d’énergie)
    • Exemple : Vente d’une quantité d’électricité sur une bourse d’énergie
  • La constitution et la gestion de stocks d’énergies
    • Exemple : Stockage de gaz, groupe électrogène, etc.
  • La constitution et la gestion de potentiels effacements

    • Exemple : Une machine de production pouvant ne pas fonctionner sur un créneau horaire définie
  • La gestion / souscription à des contrats courts termes
    • Exemple : Un contrat de fourniture d’une quantité d’électricité du jour pour le lendemain
  • Etc.

Voici, à titre d’illustration, quelques exemples de décisions pouvant être prises dans le cadre d’un Energy Portfolio Management :

  • Pour assumer son engagement de production auprès du responsable d’équilibre, un énergéticien décide de mettre en marche une centrale à charbon plutôt que d’acheter de l’électricité sur le marché
  • Pour baisser sa facture énergétique, un grand industriel décide d’avoir recours à ses groupes électrogènes pendant les périodes de pic de consommation (lorsque l’électricité est plus chère que le pétrole)
  • Pour maximiser ses investissements sur le marché de l’énergie, une banque spécule en achetant une quantité d’énergie au prix bas puis en encaissant la plus-value lors de la hausse du cours
  • Pour respecter son contrat de performance énergétique souscrit avec un industriel, un opérateur de service énergétique demande à son client de ne pas consommer d’électricité pendant le pic de consommation en ayant recours à l’effacement

Finalement pourquoi fait-on de l’Energy Portfolio Management ?

Se poser cette question revient finalement à comprendre les différents marchés et leurs évolutions. En effet, la multiplication des opportunités de production, de gestion ou encore d’achats/reventes des énergies ont rendu l’Energy Management indispensable, par exemple :

  • Dans le marché du gaz, les échanges se sont d’abord effectués via des contrats longs termes (entre 10 et 30 ans) entre Grands Producteurs (ex : Gazprom, ENI, etc.) et les états. Puis, les marchés intermédiés se sont développés et ont introduit des notions de court terme dans les échanges, et de facto de la gestion de portefeuille d’énergie
  • Dans le marché de l’électricité, la nature non stockable et le fait de devoir produire l’électricité localement près du lieu de consommation implique une optimisation constante entre l’amont et l’aval particulièrement pour passer les pics de consommation, et par définition implique de la gestion de portefeuille d’énergie

Vous êtes dorénavant un expert de l’optimisation et du trading d’énergie… ou, tout du moins, vous avez les bases pour comprendre cette activité stratégique et passer à l’étape supérieure : décrypter les différents contrats et les mécanismes de couvertures associés… Ce sera l’objet d’un prochain article sur le sujet !