Le 9 mars a eu lieu la deuxième édition de l’Energycamp dans les locaux de la société Ekimetrics. Solucom revient sur cet évènement avec Dimitri Carbonnelle, fondateur et président de Livosphere, et co-animateur de la table ronde sur le sujet « Smart Home : quelle data, quelle(s) valeur(s) ? ».

Solucom : Bonjour, pourriez-vous présenter Livosphere à nos lecteurs ?

Dimitri Carbonnelle : Livosphere (www.livosphere.com) est une startup spécialisée dans la création, le sourcing, l’industrialisation et la commercialisation d’objets connectés. Nous réalisons des études d’opportunité, rédigeons des cahiers des charges techniques … et nous nous appuyons sur un réseau de partenaires spécialisés en objets connectés (design prototypage, industrialisation, plateforme de services …). Nous réalisons aussi des workshops pour identifier et spécifier les objets connectés des entreprises clientes.

Fondateur, je suis aussi expert Internet des Objets auprès de la BPI.  J’ai notamment co-écrit The IoT Book , un livre disponible gratuitement qui montre comment concevoir, financer, produire et vendre des objets connectés.

S :  Quel a été votre rôle lors de l’Energycamp et sur quelle(s) thématique(s) êtes-vous intervenu ?

D.C. : Cette édition de l’Energycamp portant sur les données au sein de la Smart City, j’ai co-animé avec Grégory Planchette la table-ronde autour de la valorisation des données dans la Smart Home. Au-delà de l’animation des discussions et des débats, Solucom souhaitait que j’apporte ma vision ainsi que celle de Livosphere sur ce sujet que nous connaissons bien, puisqu’ adhérent à celui de l’Internet des Objets.

S : Quel a été le contenu de ces discussions ?

D.C. : Nous avons d’abord cherché à cartographier les données mises à disposition par les objets connectés au sein de la Smart Home. Le but était d’avoir une vision commune et si possible exhaustive des grandes catégories de données.

donnees_maison

Les catégories de données au sein de la Smart Home

Nous avons ensuite réalisé un brainstorming sur les services Smart existants ou possibles dans la maison. Cette fois l’idée n’était pas d’être exhaustif mais bien de voir si certaines données étaient plus « demandées » que d’autres : on s’aperçoit par exemple que les informations sur les consommations d’énergie sont cruciales et donc d’une grande valeur au sein de la Smart Home.

S : En avez-vous conclu que les énergéticiens ont le plus de pouvoir aujourd’hui dans la maison connectée ?

D. C : Rien n’est moins sûr ! Bien évidemment, avec l’accès aux informations sur les données de consommation du foyer, voire celle des équipements, les énergéticiens ont clairement un atout en poche. Pour autant, au vu de la complexité de l’écosystème, il est difficile aujourd’hui de prévoir l’acteur qui aura les clés de la Smart Home demain. Les discussions sur le sujet ont même plutôt abouti à la conviction que les grands gagnants seraient ceux qui arriveraient plutôt à nouer des partenariats solides et à valeur pour le client que ceux qui tentent de tout faire eux-mêmes. N’oublions pas qu’il y a énormément de compétences à maîtriser au sein de la Smart Home, autant sur les métiers de l’énergie, de la sécurité, etc. que sur le traitement et la restitution de la donnée – sur lesquelles les acteurs mondiaux du numérique (Google, etc.) sont déjà positionnés…

S : Qu’avez-vous préféré dans l’Energycamp ?

D.C : La richesse des expériences de chacun des participants a été d’un grand intérêt. Nous avions des personnes du monde de l’énergie, de l’IT, des spécialistes de la donnée, etc. La CNIL a même réalisé une brève intervention afin de rappeler ses travaux et réaffirmer sa volonté d’accompagner les entreprises sur le sujet de l’utilisation des données personnelles. Finalement une partie significative des acteurs de la Smart Home était réunie, ce qui a permis des échanges de qualité !

Dimitri Carbonnelle, je vous remercie pour vos réponses. Merci également à tous les participants de la 2ème  édition des EnergyCamp.

Vous souhaitez poursuivre les échanges : Rendez-vous sur la communauté EnergyCamp

 

Crédit pictogrammes : TheNounProject (thenounproject.com)