Solucom
Le blog Energie des consultants Wavestone

Rencontre de SENSeOR – l’IoT au service de l’industrie et des réseaux d’énergie

Dans un contexte où la transition énergétique trouve peu à peu sa place dans le débat public et où le rôle des réseaux énergétiques dans cette transformation se précise, toute la filière se positionne pour ne pas être en reste de cette transition. Les gestionnaires de réseau n’ont de cesse d’améliorer leur maîtrise du réseau en l’équipant de nouveaux capteurs. Les startups innovent pour s’adapter à ces nouveaux marchés. Pour mieux connaitre les acteurs de cette filière dynamique, nous avons rencontré Nathalie Poggi, directrice marketing et communication de SENSeOR.

Madame Poggi, pourriez-vous nous présenter SENSeOR ?

SENSeOR est une « startup » qui fabrique des capteurs basés sur la technologie des ondes acoustiques de surface principalement pour les marchés de l’Industrie et de l’énergie. Elle fournit également la plateforme de monitoring dans laquelle s’intègrent ces capteurs pour offrir à ses clients des solutions IoT complètes. Elle est issue du rachat en 2006 par notre dirigeant actuel d’une ancienne branche de Thales spécialisée dans les capteurs fonctionnant à partir de la technologie SAW : Surface Acoustic Waves. Tout au long de son développement, SENSeOR a poursuivi ses recherches autour de cette technologie et est aujourd’hui la seule en France à fournir ce type de capteurs. On ne compte d’ailleurs qu’une poignée de fournisseurs mondiaux. Depuis 2012, nous avons rejoint Wika et nous venons compléter les gammes de produits dont les capteurs de pression, de température, de niveau et de flux de ce groupe familial allemand.

La gamme de produits de SENSeOR couvre toute la chaine de l’IoT pour le monitoring : du capteur à la restitution des données en passant par la connectivité. Au cœur de la gamme, on trouve nos capteurs sans fil et sans batterie basés sur la technologie SAW, puis les interrogateurs – électronique permettant d’« interroger » le capteur pour collecter les données, les antennes, les interfaces de communication, le firmware et l’interface graphique utilisateur. Au-delà de notre expertise sur la technologie SAW, nous avons également des compétences poussées sur l’électronique, le traitement du signal et les antennes

Pouvez-vous préciser comment fonctionnent vos solutions et quels sont les cas d’usage propices à leur déploiement ?

La technologie SAW permet de concevoir des capteurs sans fil et totalement passifs. De nombreuses grandeurs physiques sont mesurables, mais nous avons concentré nos efforts sur la température en priorité, la contrainte et les décharges partielles également plus récemment. Nos capteurs et interrogateurs communiquent entre eux via une liaison radio « spécifique » dans les bandes autorisées – typiquement autour de 433 MHz pour la France. Pour la connectivité entre l’interrogateur et le réseau ou IHM du client, nous nous adaptons aux besoins de nos clients par le biais d’interfaces standard : en filaire Modbus-RTU sur RS485, ou Ethernet, principalement Zigbee ou BLE pour les connexions sans fil suivant la portée, et nous testons actuellement des modules LoRa. Notre plateforme permet de restituer les données collectées soit dans une interface graphique soit sous la forme de données brutes que le client utilisera comme il le souhaite dans son réseau (SCADA ou autre). Les données peuvent aussi être stockées sur une carte SD dans l’interrogateur.

Notre clientèle se compose principalement des opérateurs de réseau d’énergie pour lesquels nous plaçons nos capteurs au cœur des équipements les plus critiques, en amont des compteurs individuels. Nous avons d’ailleurs rejoint l’initiative associative “ThinkSmartGrids” pour participer aux réflexions autour du développement de ces réseaux intelligents qui représentent de réels enjeux de développement pour notre entreprise. Nous fournissons également dans l’industrie les utilisateurs de machines tournantes, fours à passage, chaines de production automatisées, pour instrumenter les pièces en mouvement et contrôler leur fonctionnement en ligne et en temps réel. Cela permet d’optimiser les processus et d’appliquer une maintenance préventive adaptée. Dans l’agro-alimentaire ou les grandes cuisines,  nous avons aussi un capteur particulier : une sonde alimentaire sans fil et sans batterie, qui permet de contrôler précisément la température au cœur des aliments durant leur cuisson, pour la traçabilité alimentaire et pour optimiser les temps et température de cuisson. Nos capteurs – pour rappel : sans fil et sans batterie – sont particulièrement adaptés dans des environnements difficiles : haute tension, électromagnétisme, zone explosive, zone à température élevée.

Si nous nous concentrons sur l’énergie, nous distinguons deux principaux cas d’usage de nos solutions de monitoring :

1 – pour la maintenance, les alertes en temps réel permettent d’intervenir avant la défaillance de l’équipement, et l’analyse sur le long terme permet aux services de maintenance de connaitre l’état du réseau en permanence et d’adapter les interventions ;

2 – pour l’exploitation, le contrôle en temps réel permet la gestion de charge dynamique : les exploitants ont de la visibilité, en continu, sur l’état du réseau en fonction de la charge et peuvent s’assurer que les éventuels points « chauds » restent maitrisés malgré d’éventuels pics de charge.

En France, nous avons été sélectionnés par RTE en décembre 2015, dans le cadre d’un concours Open Innovation, pour équiper leur réseau de transport d’électricité. Nous avons lancé différentes expérimentations, par exemple sur des sectionneurs et des transformateurs haute tension. C’est d’ailleurs dans le cadre de ces expérimentations que nous testons le dialogue par le protocole LoRa. Chez Enedis, sur le réseau de distribution d’électricité, nous avons équipé des disjoncteurs moyenne tension critiques pour une campagne de mesures.

Quel est le business model et la stratégie de développement de SENSeOR ?

Nous concevons et développons l’intégralité de nos capteurs dans nos locaux de Sophia Antipolis et Besançon, puis nous sous-traitons leur fabrication.

La plupart du temps, les solutions que nous vendons à nos clients sont adaptées sur mesure en fonction de l’application. Une fois la solution vendue, le client est autonome : les capteurs ne nécessitent pas de maintenance, le système de monitoring fonctionne en continu, les données collectées sont stockées localement ou envoyées dans le Cloud.

Le prix de vente est bien sûr dépendant de la complexité de la solution et du nombre de points de mesure souhaités. À titre indicatif, un système pour cellule moyenne tension avec six capteurs est vendu environ 1200€ en petites quantités.

En termes de développement, l’année 2016 a été rythmée par la mise en place de nouveaux partenariats au Moyen Orient, en Amérique du Sud et en Chine, zones sur lesquelles nous travaillons d’ores et déjà pour des gestionnaires de réseau. Nous comptons sur ces partenariats pour accéder à de nouveaux marchés et accélérer notre développement.  En Europe, nous avons également des partenariats avec des fabricants de matériels industriels ou électrotechniques, pour intégrer nos solutions dans leurs propres produits.

Avec le développement des énergies renouvelables, le marché de l’énergie est en train de connaitre une révolution, et nous voulons y prendre part. L’ensemble des acteurs du marché – énergéticiens, fournisseurs de solutions ou prestataires de services – souhaitent faire partie de l’aventure. SENSeOR a son rôle à jouer comme un maillon de cette chaine intelligente, de la génération à la distribution de l’électricité, avec la brique élémentaire du captage de données critiques. Nos capteurs trouveront leur place au sein de la station « digitale » du futur.

Lien vers le site de SENSeOR : www.senseor.com

Be Sociable, Share!

Tags :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Accueil | Mentions Légales | Contact | A propos du blog | Wavestone-advisors.com