Chaque année en France, un habitant produit 354kg1 d’ordures ménagères, soit 48millions de tonnes de déchets et 6%2 des émissions de C02 française. Au lieu d’incinérer ou d’enfouir ces déchets (ce qui entraîne une forte pollution de l’air), Neolithe propose une solution révolutionnaire : transformer ces déchets en granulats minéraux utilisables dans les constructions du BTP (routes et bétons).

Nous avons eu le plaisir d’interviewer Nicolas Cruaud, fondateur de Neolithe, pour en apprendre un peu plus sur ce procédé révolutionnaire

 

EnergyStream (ES) : racontez-nous la genèse du projet, comment est née cette idée ?

Nicolas Cruaud (NC) : L’idée de transformer nos déchets en granulat minéraux vient de mon père. Tailleur de pierre de formation devenu « inventeur spécialiste des bétons innovant », mon père n’a eu de cesse que de trouver une solution pour fossiliser rapidement nos déchets. En effet puisque le calcaire est issu de la fossilisation de déchets datant du Jurassique, pourquoi la technologie ne permettrai de reproduire le phénomène ?  Pour le clin d’œil à cet intérêt paternel pour la géologie nous avons d’ailleurs appelé notre granulat : « Anthropocite »

Nous décidons de tester l’idée en la présentant lors d’un start-up weekend organisé par Polytechnique, mon école. C’est durant ce weekend que nous avons rencontré le 4ème membre de l’équipe et que l’aventure a réellement commencé. Quelques mois après, Jacques Attali deviens notre business Angel et nous conseille sur les volets stratégie commerciale et financière.

 

ES : le procédé de « fossilisation » des déchets étant un secret bien gardé; expliquez-nous la chaine de valeur dans laquelle s’inscrit Neolithe

NC : La proposition de valeur de Néolithe est double :

  • D’une part donner la possibilité aux collectivités de réduire de 85% les émissions de CO2 liées au traitement des déchets ménagers (poubelle noir). La technologie développée s’applique à 100% des déchets ce qui n’implique aucune modification des habitudes de tris des citoyens ni des méthodes de ramassage des ordures des collectivités. Afin de démocratiser la technologie rapidement, notre idée et de créer des consortiums avec les acteurs du tri de déchets locaux : ceux-ci assurent l’exploitation du site tandis que Néolithe apporte la technologie et assure le contrôle qualité des granulats. Les concessions d’exploitation des déchets d’une collectivité étant attribuées pour une durée moyenne de 5ans, Neolithe ne se considère pas comme un conçurent mais un partenaire offrant un avantage compétitif lors de la remise en concurrence des contrats.  (Les collectivités payent aujourd’hui environ 90€/tonne de déchet pour le traitement)
  • D’autre part, nous souhaitons offrir aux firmes du BTP un granulat avec une empreinte carbone négative. Ces granulats agiront comme un « crédit carbone » qui compenser l’empreinte des autres composants du béton. Ainsi le béton obtenu sera neutre en carbone ! un véritable atout pour l’obtention du label bâtiment durable. Sur le segment aval de revente de granulés, la concurrence est nulle : il y a de la place pour tout le monde ! le besoin français est de 400 millions de tonnes/ans or si l’ensemble des déchets ménagers étaient transformés en granulats, cela ne permettrai de satisfaire qu’1/20 de la demande. Ainsi, Neolithe complète l’offre de granulés sans rentrer en concurrence avec les granulés recyclés3 (issus de débris de béton, de débris de maçonnerie, de la démolition de routes et parking…).

Usages des granulats Neolithe (illustration)

ES : Quelles sont vos perspectives de développement ? La technologie Neolithe sera-t-elle bientôt disponible ?

NC : Nous travaillons actuellement à l’obtention d’une certification garantissant la qualité de notre granulat pour son utilisation dans les routes. Nous espérons passer cette étape en juin, pour commencer à développer un pilote industriel fin 2019. Le passage à l’échelle industrielle est un prérequis pour obtenir une deuxième certification ; celle-ci nous autorisera à répondre aux appels d’offre de traitements des déchets des collectivités. La première usine Neolithe devrait donc voir le jour début 2021 !

 

ES : Pour finir, pourquoi s’être lancé dans cette aventure ?

NC : Ma motivation première est de faire de «  l’écologie à l’échelle industrielle ». En effet, ma formation de polytechnicien ainsi que mon réseau me donne l’opportunité d’avoir un impact important sur le monde de demain. J’ai la conviction que chacun doit agir selon ses moyens : de l’utilisation des transports en commun à la proposition de loi pour la protection de l’environnement en passant par la création d’une entreprise, nous devons tous agir et agir vite pour notre planète !

Avec la technologie Néolithe nous espérons réduire de 5% les émissions de C02 française en quelques années. Si ne serait-ce que 40 startups réussissaient dans cette voie nous pourrions offrir un avenir durable au monde !

 

 

Sources :

1. brochure “Les déchets en chiffres” publiée par l’Ademe en 2017 : http://multimedia.ademe.fr/telechargements/Dechets-chiffres-cles-2017-010269-extrait.pdf

2. La transformation des déchets en granulats réduit de plus de 85% les émissions de CO2 traditionnellement liées à l’enfouissement, chiffre issu d’une analyse de cycle de vie réalisée par Neolithe : https://neolithe.fr/ 

3. Rapport technique « Bâtiments exemplaire » – Fiche 4.1 : L’utilisation de granulats issus du recyclage publiés pas Bruxelles environnement en 2010 : http://document.environnement.brussels/opac_css/elecfile/IF_BATEX_Fiche4.1._Granulats_FR.pdf

 

Articles connexes sur le recyclage des déchets