Vous n’avez pas eu l’occasion d’assister au congrès S.E.F qui a eu lieu les 5&6 décembre à Paris? Energystream s’y est rendu pour vous !

L’efficacité énergétique n’est pas un sujet nouveau mais était bien le fil rouge de ces deux jours de congrès.

On parle souvent des « 3×20 » qui  ont débouché sur une vraie réglementation dans le Bâtiment avec la RT2012 mais qu’en est-il de l’Industrie ? A l’heure actuelle, il n’y a pas de réelle directive pour les industriels et leurs usines mise à part une incitation à améliorer leur  efficacité énergétique. Oui, mais comment ?

Aller vers l’efficacité énergétique nécessite de connaître sa consommation énergétique globale dans un premier temps, puis d’identifier les postes énergivores de son process dans un second temps.  Ce n’est qu’après avoir franchi ces deux premiers pas que l’on peut mettre en œuvre un procédé de « gain d’efficacité énergétique ».
L’efficacité énergétique se pense à toutes les étapes : la gestion et la maintenance des équipements au quotidien sont tout aussi importantes que le renouvellement de ceux-ci.

S’il n’existe pas encore de règlementation similaire à la RT 2012 dans l’industrie en termes d’efficacité énergétique, il y a la norme ISO 50 001 qui vise à donner les directives pour instaurer un système de management de l’énergie au sein de l’entreprise.

Selon cette norme, l’énergie doit donc être gérée comme un flux de valeur ajoutée avec des entrées et des sorties.

La démarche normative est donc la suivante

  • une étape de diagnostic,
  • une élaboration de cibles énergétiques,
  • un plan de comptage énergétique
  • un suivi et des vérifications.

Et cette démarche concerne toute les fonctions de l’entreprise comme le montre le schéma suivant, diffusé lors du congrès :

Ce que l’on peut retenir de ce schéma, c’est que l’efficacité énergétique doit être  une préoccupation au niveau des directions générales pour qu’elle devienne une décision stratégique qui elle-même se décline dans toutes les fonctions d’un groupe industriel.

L’ AFNOR, un organisme de certification, a insisté  sur le fait qu’il faut considérer une norme non pas comme une contrainte mais comme un outil pour réduire sa facture énergétique. La certification de la norme ISO 50 001 permet de pérenniser et de communiquer en interne comme en externe sur son engagement pour améliorer sa performance énergétique. Par ailleurs, cette norme permet d’anticiper une potentielle règlementation européenne dans les années à venir.