De nos jours, impossible d’aborder la thématique de la gestion de l’énergie sans faire face à tout un ensemble de gros mots tels que « effacement », « smart energy », « compteur intelligent »… Pour vous aider à y voir un peu plus clair dans cette ère du tout smart,  Energystream a enquêté sur le concept de Smart Grids. Eclairage.

Qu’est-ce que les Smart Grids ?

Le concept de Système Électrique Intelligent (ou Smart grids) est le fruit du rapprochement de deux mondes : celui des infrastructures énergétiques et celui des technologies numériques. Ce rapprochement se fait dans un contexte de préoccupations environnementales croissantes.

Grâce aux possibilités offertes par les technologies numériques, l’ensemble des données énergétiques de production et de consommation peut être collecté et analysé pour optimiser le pilotage de la production, de la gestion des flux et de la production… Grace à cela, le client, qu’il soit particulier, entreprise ou collectivité, pourra adapter ses comportements et ses décisions, piloter l’ensemble de ses équipements et adapter ainsi ses usages aux signaux économiques transmis par les fournisseurs d’énergie, aux besoins conjoncturels d’effacement liés aux tensions entre l’offre et la demande ou aux congestions du réseau électrique.

Concrètement, les Smart Grids se concrétisent via :

  • L’intégration des énergies renouvelables
  • L’amélioration du stockage d’énergie (notamment en local, par exemple via l’intégration des véhicules électriques)
  • L’amélioration de la gestion des consommations (’habitat, immeubles tertiaires, process industriels)
  • La mise en place d’équipements intelligents capables de remonter des informations pour une meilleure gestion des données

Quelles opportunités apportent les Smarts Grids ?

In fine, les Smart Grids permettent :

  • De réaliser des économies d’énergie, en fournissant au client des informations et des outils de maîtrise de ses usages (en consommation et en puissance appelée) ;
  • De lutter contre le réchauffement climatique :
    • En favorisant l’insertion des énergies renouvelables intermittentes,
    • En offrant, via les économies d’énergie qu’ils permettent chez les clients, une alternative à la construction de moyens de production de pointe généralement carbonés,
    • En réduisant la consommation des énergies fossiles, sources de dépendance, via le développement des nouveaux usages performants de l’électricité (véhicules électriques et hybrides rechargeables, stockage d’énergies, pompes à chaleur…) ;
  • De réduire les besoins d’investissements sur les réseaux inhérents à l’accroissement de la demande d’électricité

À quand les Smart Grids ?

Un certain nombre d’équipements et de pratiques de gestion de l’énergie de type smart grid sont déjà en place, d’ailleurs certains disent qu’il faudrait parler de « smarter grids » plutôt que de smart grids.

Mais les incitations mises en place par les autorités françaises et européennes, vont permettre de développer beaucoup plus fortement les Smart Grids dans un futur relativement proche :

  • La RT 2012 (Réglementation Thermique 2012), ou la volonté de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu’ils soient pour de l’habitation (résidentiel) ou pour tout autre usage (tertiaire).
  • Le 3×20, ou la volonté européenne d’atteindre les objectifs suivants d’ici 2020 :
    • 20% des énergies renouvelables en plus,
    • 20%  de CO2 en moins,
    • 20% de consommation d’énergie en moins.
  • Les PCET (Plan Climat Energie Territoriaux), ou la volonté de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2050.

… sans oublier que le déploiement des compteurs intelligents Linky sur tout le territoire est prévu entre 2013 et 2020.

Prochaine étape : et si on passait à la pratique avec un focus sur un projet Smart Grids ?