Une nouvelle année commence ! Dans la planète énergie, 2014 devrait être l’année du tout électrique.

Impossible de tourner le dos à une tendance amorcée depuis des décennies : l’électrique est partout. Dans l’éclairage bien sûr mais aussi dans le chauffage, les transports et bientôt dans tous les usages de notre quotidien.

Le développement effréné des nouvelles technologies de l’information et de la communication couplé à celui des énergies renouvelables ne cessent de faire augmenter la part de l’électrique dans le mix énergétique.

Cette tendance va assurément s’accentuer en 2014. Et ne réussiront leur année que les personnes ayant su anticiper ce tournant. Voilà pourquoi nous vous proposons de formuler des bonnes résolutions 2014 en adéquation avec la société du tout électrique.

Efficacité énergétique, innovation, énergies renouvelables, analyse du marché et mobilité électrique : vous pourrez atteindre l’épanouissement énergétique en tenant nos 4 bonnes résolutions !

Je réduirai ma consommation électrique grâce aux petits gestes du quotidien

2013 est passé par là et avec elle la hausse de notre facture d’électricité, qui devrait également se poursuivre en 2014. Cette année la réduction de la consommation d’électricité rime donc avec sobriété énergétique.

Les premiers gestes à adopter sont les suivants :

  • faire fonctionner les électroménagers en heure creuse (globalement de 22h30 à 6h30),
  • dégivrer plus souvent son réfrigérateur,
  • ne laisser aucun appareil électrique en veille,
  • et surtout remplacer ses anciennes ampoules par des LED.

Revenons sur ce dernier point : savez-vous que  l’ampoule à LED peut tenir jusqu’à 40 000 heures contre les 3000 heures de durée de vie moyenne d’une ampoule halogène ? Elles consomment aussi trois fois moins et offrent un confort d’éclairage supérieur à la moyenne (allumage instantané, lumière chaleureuse et rendu des couleurs) et ce, sans contenir de mercure.

En somme, la LED, ou diode électroluminescente, cumule suffisamment d’avantages pour révolutionner le secteur de l’éclairage. D’ailleurs, selon une étude du cabinet McKinsey, la LED aura conquis en 2020 près de 70% du marché de l’éclairage.

L’année écoulée nous aura permis d’assister aux prémices de cette révolution. La RATP a lancé courant 2013 le remplacement des 25000 points lumineux des stations de métro et de RER par des lampes à LED. Le nouveau maire de New York a annoncé en fin d’année que la ville passera au tout éclairage LED en 2017.

Alors convaincus ? En tout cas en 2014, je m’engage à  faire passer les 8 points lumineux de mon appartement au 100% LED.

J’assisterai (enfin) au développement d’une solution pour stocker l’électricité

Cela fait des années que la communauté scientifique se mobilise pour trouver des solutions de stockage de l’électricité. L’enjeu est crucial puisque l’impossibilité de stocker l’électricité bloque le développement des énergies renouvelables intermittentes.

Imaginez un monde où l’on pourrait exploiter tout le potentiel des fermes éoliennes, en emmagasinant le courant non consommé pendant qu’elles tournent à plein régime. Dans ce monde, le surplus d’électricité généré en période de grand ensoleillement par les panneaux solaires photovoltaïques pourrait être restitué à la demande.

Figurez-vous que ce monde est désormais possible grâce au combat mené par une jeune canadienne, Danielle Fong.  Elle a développé un ingénieux système qui convertit l’électricité en air comprimé, afin de pouvoir la réutiliser plus tard en fonction de la demande. En 2008 elle fonde LightSail Energy et réussit depuis à mettre toute la Silicon Valley à ses pieds. Soutenue, entre autres, par Total ou Bill Gates, elle pourrait bientôt créer le « prochain General Electric ».

Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que cette idée puisse se transformer en projet puis être propagée un peu partout sur le globe transformant ainsi notre conception actuelle du réseau électrique.

Pour 2014, toute l’équipe d’Energystream s’engage à partager ce type de bonnes nouvelles énergétiques, comme nous le faisons depuis plus d’un an.

J’essaierai de comprendre l’évolution de l’industrie solaire photovoltaïque (ou pas)

Dans la société du tout électrique, les panneaux solaires photovoltaïques devraient avoir la côte. Pour autant, cela n’a pas toujours été le cas en 2013. L’industrie en tirera un bilan plus que partagé, avec une évolution du secteur en dents de scie.

L’année commençait très mal avec l’annonce de la faillite du leader chinois des panneaux solaires, SunTech, longtemps numéro 1 du secteur. Dans le même temps, la plupart des gouvernements occidentaux réduisaient ou supprimaient les financements publics destinés à l’industrie solaire. Et puis, se poursuivait en toile de fond une véritable guerre commerciale entre Pékin et l’Europe avec pour dernier épisode l’annonce de nouvelles mesures anti-dumping par l’UE. De multiples signaux semblaient s’enchaîner remettant en cause la bonne santé d’un secteur qu’on croyait pourtant prometteur.

Mais d’un autre côté, les panneaux solaires sont peu à peu rentrés dans les mœurs et ont été reconnus comme une alternative solide aux énergies fossiles. En France par exemple, les chiffres parlent d’eux-mêmes : la puissance du parc photovoltaïque installé a progressé de 25% en un an. En fin d’année, les valeurs des grandes firmes de l’industrie solaire américaine sont devenues la proie préférée des grands investisseurs de Wall Street.

Nouvel Eldorado du secteur énergétique pour certains, espoir de décentralisation énergétique pour d’autres, appréciée par les investisseurs mais connaissant des faillites historiques et déclenchant des guerres commerciales, l’industrie solaire ne laisse pas indifférent. Et à certains moments, il est difficile de déduire quelle est la véritable tendance du secteur.

En 2014, sur Energystream, nous continuerons à décrypter l’actualité du secteur. En espérant que le solaire puisse enfin briller, pour qu’on puisse y voir plus clair.

Je me déplacerai en transport électrique

Le budget 2014 voté par l’Assemblée Nationale prévoit un durcissement du malus automobile. Pour éviter de payer cette nouvelle taxe mais aussi pour réduire mon empreinte écologique, je vais désormais me déplacer en transport électrique.

La voiture électrique semble peu à peu arriver à maturité. En 2013, les ventes de voitures électriques ont progressé en France de 45%. Renault et son modèle  Zoé ne sont plus toutes seules sur le marché : la plupart des grandes marques automobiles se lancent désormais dans l’aventure électrique.

Les autres moyens de locomotion s’y mettent aussi : l’idée d’un avion électrique signé Airbus commence à faire son chemin. Les vélos électriques font leur apparition et l’on évoque même la possibilité de construire des satellites à propulsion électrique. Le transport vire donc à l’électrique.

Notons tout de même que l’entrée sur le marché de la voiture électrique reste progressive. Les sceptiques (nombreux) s’opposant à une révolution du secteur se frottent les mains face aux annonces de chiffres de vente en deçà des attentes. Les utilisateurs, quant à eux, peinent à se mettre à la voiture électrique en raison de prix encore trop élevés ou de bornes de rechargement encore trop peu nombreuses… Quant aux vélos ou autres avions électriques, leur arrivée sur le marché ne semble pas à l’ordre du jour.

Le transport électrique en 2014, ce n’est pas gagné mais nous continuerons à partager avec vous nos innovations coups de cœur en la matière.

Comme tous les ans, la plupart de nos bonnes résolutions seront difficiles à tenir. Mais personne ne nous enlèvera l’envie d’y parvenir !

Et vous, quelles sont vos bonnes résolutions énergétiques pour 2014 ?