Quoi de plus décourageant qu’une marée verte sur une jolie plage bretonne alors que toutes les conditions nécessaires à une bonne baignade sont réunies ? Et pourtant, ce phénomène fait le bonheur de certains. Laissez-nous vous raconter comment plusieurs entreprises transforment ce fléau en ressource naturelle.

 

La prolifération des algues vertes : un phénomène en expansion

En 2006, une campagne aérienne a repéré 79 sites bretons couverts d’algues vertes. Les observations récemment réalisées mettent en évidence une augmentation du phénomène. Décryptage !

Le premier facteur en cause : les nitrates. En effet, le développement de ces algues dépend de la présence de deux composants : le phosphore et l’azote. Les nitrates  qui sont des dérivés azotés, sont de plus en plus présents dans les rivières bretonnes. Ceux-ci proviendraient du surplus d’engrais répandu sur les sols cultivés.

Une nuisance qui devient une ressource

Exploiter ce filon naturel, c’est exactement ce que fait Favini, un papetier italien. Cette entreprise économise jusqu’à 80% de bois en incorporant des algues vertes dans la fabrication de son papier. Le bois étant l’un des composants majeurs dans la fabrication du papier, l’entreprise réalise ainsi des économies considérables. Un procédé qui rencontre un succès tel que Favini importe désormais cette matière première de Bretagne et d’Asie.

Produire de l’hydrogène avec des algues vertes

Pendant le processus de photosynthèse, l’eau est séparée, entre autres, en ions hydrogène (H+) et en électrons (e). Dans le cas des algues vertes, ces 2 éléments se réunissent pour former du dihydrogène (H2), exploitable comme source d’énergie.

Ce processus est connu et étudié depuis plus de 15 ans. Cependant, une récente étude de l’Université d’Uppsala (Suède) a mis en évidence une optimisation des conditions environnementales, permettant de produire de l’hydrogène avec un rendement bien supérieur à ce qui avait été précédemment observé. Cette découverte laisse entrevoir la possibilité d’utiliser les algues vertes pour produire de l’hydrogène à l’échelle industrielle.

Certaines algues sont déjà utilisées pour produire de l’énergie !

Les micro-algues, par exemple donnent déjà de très bons résultats dans la conception de biocarburants. Avec les techniques actuelles, elles permettent de produire de l’énergie à un rendement jusqu’à dix fois supérieur à celui des bio-carburants traditionnels. De plus :

  • Elles sont faciles à cultiver
  • Elles ont une croissance rapide
  • Elles nécessitent peu d’espace

Des avantages exploités par des startups en pleine croissance comme Algae Tech, en Australie, qui étend ses activités aux États-Unis et au Brésil.

Même si le prix au litre de ce carburant reste élevé (de 5€ à 10€), les investissements dans l’exploitation des micro-algues augmentent rapidement puisque cette solution serait l’une des plus étudiées pour remplacer le pétrole.

Les algues pourraient-elles donc être considérées comme LA source d’énergie du futur ?