Tout le monde connait la région Champagne-Ardenne pour la production de son prestigieux breuvage éponyme, mais cette région cache d’autres atouts, bien moins connus, mais particulièrement instructifs en matière de transition énergétique.
La capacité de ce territoire en matière de production d’énergie éolienne est ainsi au cœur des préoccupations de la région qui ambitionne une production de plus de 2800 MW à horizon 2020, soit une part de 15% de l’ambition nationale (19 000 MW).

La Champagne-Ardenne : première région éolienne de France

Outre ses nombreux vignobles connus à travers le monde entier, la région Champagne-Ardenne se distingue également par son parc éolien. Elle est, en effet, la première région de France en matière de production d’électricité d’origine éolienne.
Alors que la région comptait seulement une cinquantaine d’éoliennes en 2005, on en dénombre plus de 600 aujourd’hui produisant une puissance de plus de 1200 MW. De nombreux projets devraient encore renforcer cette hausse dans les années à venir, à commencer par le projet de parc éolien de Mont des 4 Faux qui pourrait être le plus grand de France avec une puissance de 450 MW. Cela permettrait alors à la Champagne-Ardenne de disposer d’un parc éolien capable de produire l’équivalent de deux réacteurs nucléaires d’ici 2020, une perspective édifiante au vu des enjeux actuels de transition énergétique.

Un démonstrateur Smart Energy situé dans l’Aube

Cette forte implantation éolienne permet à la Champagne-Ardenne d’être le territoire d’une expérimentation dont l’objet est d’étudier l’adaptation du réseau de distribution d’électricité à l’injection massive de production décentralisée : le projet Venteea.
L’Aube étant le département français qui dispose de la plus forte production éolienne, forme de production à caractère décentralisé, c’est tout naturellement que ce démonstrateur Smart Grid, coordonné par ERDF, s’y est implanté.
Cette expérimentation, débutée fin 2012, doit aboutir au développement et au test d’équipements et d’outils de gestion du réseau HTA (Haute Tension A) permettant notamment d’accroître son caractère « observable » et « pilotable ». Le projet devrait également permettre l’étude de moyens de stockage qui pourraient être déployés en accompagnement de sources de production décentralisée.

Un démonstrateur au service du territoire

Si l’implantation éolienne en Champagne-Ardenne permet la bonne conduite du démonstrateur Venteea, ce dernier représente également un soutien pour la région. En effet, comme le rappelle le Vice-président de la Région Champagne-Ardenne, délégué au Développement Durable, sur le blog d’ERDF : « La Région Champagne-Ardenne a fixé dans son PCAER (Plan Climat Air Energie) un objectif de 2800 MW d’électricité issus des énergies renouvelables à l’horizon 2020. Aujourd’hui, nous venons de passer le cap des 1000 MW. Pour nous, VENTEEA constitue donc une superbe opportunité de nous aider à atteindre cet objectif, en facilitant l’intégration des éoliennes sur le réseau. Cet atout nous permet aussi de convaincre les entreprises intéressées pour développer des centrales de production d’énergies renouvelables sur notre territoire ».
L’implantation de Venteea en Champagne-Ardenne semble donc être un échange gagnant-gagnant pour la région et pour le réseau de distribution d’électricité national.

 

La Champagne-Ardenne est donc une région qui a bien plus à mettre en avant que sa production viticole et qui sait exploiter de la meilleure des manières ses atouts. L’optimisation du raccordement des éoliennes au réseau de distribution est une première étape qui laisse entrevoir un potentiel particulièrement intéressant d’intégration d’autres types de productions d’énergies renouvelables, comme le photovoltaïque ou la méthanisation, qui sont également des sujets clefs pour des régions agricoles telles que… la Champagne-Ardenne.