Canibal, une jeune start-up française séduit de plus en plus d’entreprises en proposant des machines de collecte de déchets connectées et ludiques. Pour recycler, il suffit de jouer, une solution avec laquelle la planète ne perd jamais…

Recycler en s’amusant

Le principe est simple et astucieux. Afin de sensibiliser et d’éduquer la population au tri, la machine Canibal propose une récompense en échange d’un gobelet ou d’une bouteille en plastique jetée dans le collecteur.

Concrètement, le consommateur va placer son déchet dans le compresseur. Si trois symboles identiques s’affichent sur l’écran tactile, il peut gagner un bon de réduction ou reverser son gain à une association caritative. Ces coupons promotions étant valables dans les magasins à proximité du trieur, cela représente une aubaine pour les marques qui peuvent attirer une nouvelle clientèle tout en soutenant une cause écologique.

Si la machine verte de la taille d’un distributeur de boisson a su séduire de grandes entreprises comme L’Oréal, Pepsi Co, Bouygues ou Vinci, l’installation dans les lieux publics en est encore à ses débuts. Après l’obtention d’un contrat avec la SNCF pour les Gares St Lazare et Montparnasse, Canibal a pour ambition de s’implanter plus largement sur les aires d’autoroutes et autres lieux publics.

En effet, son coût n’est pas exorbitant. Deux options sont possibles :

  • Une offre à 500 euros par mois et par machine comprenant la location, le service et la logistique pour évacuer les déchets,
  • Une seconde offre financée par la publicité, où l’on loue la machine comme un espace publicitaire aux marques.

Un geste pour la planète

Le concept de cette machine intelligente s’inscrit dans une démarche  d’économie 100% circulaire, « du tri au recyclage en produit fini ».

Canibal est capable de collecter jusqu’à 4000 déchets avant d’être vidée par des centres de recyclage partenaires. Et une borne peut recueillir « jusqu’à 500 déchets par jour » affirme le président de la TPE. Au total, il est alors possible d’économiser deux tonnes de CO2 pour une tonne de déchets collectés.

Depuis le lancement du premier collecteur  en février 2013, 150 000 gestes de tri Eco-citoyens ont été menés et cinquante tonnes de déchets ont été traités. Quand on sait que seulement 44% des français trient systématiquement, ce collecteur est une belle solution pour éduquer plutôt que blâmer le citoyen…

Preuve de la réussite, une centaine de collecteurs sont installés aux quatre coins de l’Hexagone et Canibal a réalisé sa troisième levée de fonds en Septembre 2014.

Pour atteindre son seuil de rentabilité avec un chiffre d’affaires de 3 millions d’euros, la TPE souhaite désormais déployer 200 nouvelles machines en 2015 et établir des partenariats entreprises (affichage des publicités sur les collecteurs par exemple). Ainsi Canibal deviendra aussi un medium de com. A votre prochaine escale à St Lazare ou Montparnasse, n’hésitez-pas : venez jouer à Canibal !