En 2013, le Ministère de l’Agriculture français fixait à 1 000 l’objectif d’unités de méthanisation en fonctionnement sur le territoire français à l’horizon 2020. Au nombre de 180 aujourd’hui en 2015, nous sommes encore loin du compte. Le gouvernement souhaitait imiter l’exemple allemand qui a mis sur pieds une véritable filière en une dizaine d’années avec 8 000 méthaniseurs déjà en exploitation.

Pendant ce temps, sur le terrain, les collectivités locales se prennent en main. Retour sur le projet LIGER de la ville de Locminé dans le Morbihan, véritable vitrine des opportunités offertes par la valorisation de la biomasse.

Infographie LIGER

Idée et financement

Née en 2010 dans l’esprit de Grégoire Super, maire de la ville de Locminé (4 200 habitants), Morbihan, l’idée d’une unité de méthanisation couplée à une chaufferie à bois verra le jour dès 2016.

Aujourd’hui ce projet est mené par LIGER, une Société d’Economie Mixte (SEM) détenue à 58% par la ville de Locminé et la Communauté des Communes de Locminé. Le capital restant est détenu par des entreprises privées locales. D’un montant de 14,5 million d’euros, ce projet est subventionné pour près d’un tiers par l’ADEME, le Conseil Général du Morbihan et l’Agence de l’Eau. Un emprunt bancaire garanti par la Banque Publique d’Investissement permet également à LIGER de financer le montant restant.

Quels sont les objectifs du projet ?

Le but est doublement ambitieux :

  • Produire de l’énergie propre grâce à un site aux émissions de CO2 nulles ;
  • Économiser 2 millions d’euros de facture pétrolière grâce à la production annuelle de 5 millions de mètres cube de biogaz.

Qui dit méthanisation, dit déchets organiques. Le projet LIGER, c’est 59 000 Tonnes de déchets valorisés par an dont 79% proviennent d’industries, 14% de fermes agricoles et 7% d’habitations. Et tout ça de manière locale : 96% de ces déchets étant récupérés dans un rayon de moins de 20km du méthaniseur.

Vitrine des opportunités de la méthanisation

Les responsables politiques locaux veulent faire de LIGER la vitrine du projet de méthanisation intégré au territoire :

  • Biocarburant
    Tous les véhicules associés au projet LIGER (transporteurs d’intrants, véhicules de fonction LIGER) ainsi que les véhicules de la ville de Locminé sont alimentés en biocarburant. 11% de la production de biogaz du site est destinée à cet effet, ce qui équivaut à une économie annuelle de 273 000 L de gazole ;
  • Électricité
    Brûlés, les 89% restant du biogaz produit ainsi que les 3 500 tonnes de bois permettent de subvenir aux besoins en électricité (hors chauffage) de 4 100 foyers, soit 16 500 habitants, avec une production de 10 200 MWh par an.
  • Chaleur
    Par les principes de cogénération et de synergie, la chaleur émise par la combustion pour la production électrique permet d’alimenter un réseau de chaleur constitué de 6 bâtiments environnants : un centre aquatique, un collège, un lycée, un gymnase, une salle multifonction et une usine de fabrication de conserves. Ce sont 6 000 MWh de chaleur qui sont envoyés annuellement sur ce réseau.
  • Engrais
    À la fin du processus de méthanisation, il reste encore une matière organique valorisable : le digestat. Envoyé dans un site de compostage, il est transformé en engrais organique pour des cultures agricoles voisines.

Par ce projet, les collectivités territoriales envoient un message fort à l’ensemble de la société. Elles viennent bousculer le modèle énergétique centralisé d’aujourd’hui en affichant publiquement leur volonté d’indépendance énergétique et les bénéfices qui y sont liés.