Bonduelle se lance dans le management environnemental. Le leader mondial de la transformation et de la conservation de légumes prêts à l’emploi a instauré depuis 2003 une politique de développement durable avec pour ambition de réduire sa consommation d’énergie et de maîtriser ses émissions de CO2.

Pour ce faire, deux pistes ont été privilégiées. En amont, l’objectif était de veiller à une meilleure production des légumes, en sensibilisant ses fournisseurs à une agriculture moins intensive, plus respectueuse de l’environnement. Et au niveau du process de transformation, de conditionnement et de commercialisation, il s’agissait d’instaurer une meilleure maîtrise de la consommation énergétique (besoins en eau, optimisation des emballages, recyclage des déchets industriels).

Grâce à un Bilan Carbone, le groupe a décidé de concentrer ses efforts sur les usines de transformation qui contribuent le plus aux émissions de CO2 globales. Pour atteindre ses ambitions, des outils de comptage ainsi qu’un ensemble d’indicateurs ont été mis en place afin d’optimiser le fonctionnement des machines.

 L’expérimentation de l’usine de Russy Bémont

Dès 2005, avec 30 000 tonnes de légumes traitées et une production pouvant aller jusqu’à 60 000 tonnes de mi-brut (1), l’usine de Russy Bémont a servi de pilote à ce projet, et les actions ont porté sur la stérilisation, une étape importante du process de transformation, où la consommation d’énergie est à son pic.

En mettant en place des compteurs dans les machines de stérilisation, Bonduelle a pu suivre  la consommation d’eau et de vapeur, le but étant d’identifier un réglage optimum de fonctionnement et de l’appliquer à l’ensemble des machines. Grace à ces compteurs, les performances réalisées ont été traduites sous forme d’un ratio en kWh par tonne de produit fini afin de mieux valoriser l’économie d’énergie réalisée.

À l’issue de ce projet, l’usine de Russy Bémont est passée de 511 kWh de vapeur par tonne de mi-brut à 330 kWh de vapeur part onne de mi-brut, réalisant ainsi une économie d’énergie de 36% sur la consommation de vapeur d’eau pour la stérilisation, et de 95kg par tonne de mi-brut en 2005 à 60 kg par tonne de mi-brut en 2009 en termes d’émissions de CO2 évitées.

Succès et généralisation du comptage

Preuve du succès de cette expérimentation, la démarche a ensuite été appliquée à d’autres usines du groupe et a été étendue à d’autres process de transformation tels que le blanchiment, avec un gain estimé de façon globale entre 5 % et 15 % de la facture énergétique.

Il importe de souligner que certains facteurs ont été déterminants dans le succès de ce projet, à savoir l’implication des départements Qualité Sécurité Environnement (QSE), Environnement et Recherche et Développement ainsi que des responsables de process. Au final, Bonduelle n’a pas seulement atteint ses objectifs d’efficacité énergétique, l’entreprise a également, par cette démarche volontaire, amélioré la qualité du produit final en optimisant ses process.

 

 (1) Une tonne de mi-brut équivaut à 1000 boites format 4/4