Près de 80% de couverture en compteurs intelligents en Europe d’ici 2020, c’est l’objectif que s’était fixé le parlement européen en 2009 dans sa directive concernant les règles communes pour le marché intérieur de l’électricité.  Dans un contexte de crise énergétique mondiale, la mise en place des compteurs intelligents permettrait une meilleure gestion de la consommation énergétique, grâce à une communication active entre le compteur énergétique et le datacenter qui améliorerait la réactivité des systèmes de pilotage et faciliterait l’intégration des énergies renouvelables. Mais qu’en est-il de la concrétisation de ce projet ?

Une échéance européenne devenue intenable?

La commission européenne avait recommandé aux états membres d’évaluer financièrement la rentabilité du déploiement des compteurs intelligents dans leurs pays en établissant des analyses coût-bénéfices, suite auxquelles ils devaient mettre en place un plan de déploiement. Aujourd’hui, selon le dernier rapport de la commission européenne, seuls trois états (Finlande, Italie, Suède) ont terminé la mise en place des compteurs intelligents dans leurs pays. En effet, l’Italie et la Suède avaient commencé un déploiement à large échelle en 2003, bien avant l’incitation de l’union européenne. Dans 10 états (Angleterre, Autriche, Danemark, Estonie, France, Grèce, Irlande, Luxembourg, Pays-Bas), le pourcentage de déploiement pour l’année en cours ne dépasse pas les 15% ou n’est encore qu’en phase pilote, sauf pour l’Espagne ou le déploiement atteindra les 35% fin 2014.  Le reste des membres est partagé entre :

  • ceux qui ont répondu non favorables ou restrictivement favorables au déploiement, comme la Belgique, la République tchèque, l’Allemagne, la Lettonie, la Lituanie, le Portugal et la Slovaquie,
  • ceux dont les décisions officielles sont en suspens, comme la Roumanie et la Pologne,
  • ceux dont les plans de déploiement n’ont pas encore été publiés, comme la Bulgarie, Chypre, la Hongrie et la Slovénie.

Visiblement, les compteurs intelligents n’envahissent pas l’Europe de la même vitesse en dépit des efforts de la commission européenne d’incitation de fin de déploiement en 2020.

Après l’expérience du compteur communicant Linky lancée par ERDF en 2010 dans 225 000 foyers à Lyon et en Indre-et-Loire, la France compte le plus grand objectif en nombre de compteurs électriques en Europe, avec comme cible 35 millions de compteurs d’ici 2021, dont le déploiement débutera en 2015. De même, Le Royaume Uni et l’Espagne prévoient respectivement 33 millions et 29 millions de compteurs électriques intelligents fin 2020. En revanche, l’Allemagne a émis des réserves sur le déploiement à grande échelle des compteurs communicants, attestant que ces installations ne seraient pas rentables pour les utilisateurs ayant un faible niveau de consommation énergétique.

Une évolution mondiale vers le smart metering

À l’échelle mondiale, la Chine est en tête du marché des réseaux intelligents avec un total d’investissement qui a atteint 14,9 milliards de dollars en 2013, dont près de la moitié est consacrée au déploiement des compteurs intelligents, le pays en compte près de 250 millions et continue à connaître une croissance importante. Tiré par la chine, le taux de couverture en compteurs intelligents électriques prévu  en 2022 en Asie-Pacifique est d’environ 70%, grâce également au Japon, où l’invasion des compteurs intelligents ne fait que commencer, avec des dizaines de millions d’installations débutées en 2014. De même, la Corée du Sud mène des projets de déploiement avec comme cible 20 millions de compteurs en 2020.

Selon un rapport de la Fondation Edison, près de 40% des ménages américains dispose d’un compteur intelligent, grâce à des incitations législatives qui ont conduit à un déploiement massif entre 2009 et 2012.  Les installations dans le pays seront moins importantes lors des dix prochaines années, le financement fédéral des projets de compteurs intelligents étant terminé pour la plupart des états. Les services publics canadiens continuent eux leurs projets de déploiement, malgré le retrait d’une centaine de milliers de compteurs intelligents au Québec et leur remplacement par des compteurs traditionnels suite à des incendies provoqués par certains compteurs intelligents mis en place, ce qui a généré un mouvement d’opposition à l’installation de ce type de compteurs. Le Brésil devrait montrer la voie en Amérique latine avec près de 30 millions de compteurs électriques intelligents prévus d’ici 2020.

carte-déploiement

Au-delà des quantités, qu’en est-il des fonctionnalités ?

La chine a beau être en tête d’affiche quand il s’agit du déploiement des compteurs intelligents, il serait quand même judicieux de tenir compte de la différence entre ses appareils et ceux déployés en Europe ou aux États Unis. En effet,  un grand nombre de compteurs déployés en chine n’ont, jusqu’à présent, pas encore été effectivement “intelligents”. La politique de déploiement en chine consiste à séparer les composants de mesure et les composants de communication des compteurs intelligents.

En conséquence, les millions de compteurs déployés en Chine ne sont pas encore tous capables d’avoir des communications numériques bidirectionnelles, faute de ne pas être  connectés au réseau via les composants de communications. Contrairement à ce qui se passe aux États-Unis et en Europe, où les compteurs intelligents ont tendance à combiner la métrologie et  la communication en une seule unité. Par conséquent, la Chine exige des compteurs beaucoup moins chers, moins de 50$ chacun pour les unités résidentielles du marché de masse, par rapport à environ 150$ pour les compteurs intelligents en Amérique du Nord et un minimum de 100$ en Europe.

En effet, le coût de mise en place d’un compteur électrique intelligent  en Europe varie entre 100€ et 500€, selon la technologie choisie pour lier le compteur au concentrateur data, mais aussi selon les performances du compteur, dont le nombre de lectures de consommation communiqué au data center par unité de temps et la capacité de dialoguer avec les appareils électroménagers via l’interface HAN (Home Area Network).

Le marché des compteurs intelligents en Europe est aujourd’hui de plusieurs milliards et continue à connaitre une forte croissance en termes d’investissements, tandis que les investissements aux États-Unis ont chuté au cours des dernières années. L’émergence mondiale des boîtiers intelligents, attisent l’intérêt des fournisseurs pour un marché prometteur ou plus d’un milliard de compteurs sont à déployer avant 2020 avec des interrogations sur les technologies de compteurs qui vont primer.