tour eiffel verte+titr

Peut-on vraiment s’éclairer avec de l’énergie 100% renouvelable ?  Comment s’y retrouver dans les garanties et labels « verts » ?

De plus en plus de fournisseurs d’électricité proposent des offres d’électricité verte. Ces offres visent à répondre aux préoccupations des consommateurs souhaitant utiliser une énergie plus écologique et soutenir le développement des énergies renouvelables, telles l’énergie photovoltaïque, hydroélectrique, éolienne, marémotrice, houlomotrice ou la biomasse. 

En pratique, il est impossible de différencier sur le réseau de distribution électrique l’électricité nucléaire de celle provenant de sources d’énergie renouvelable. Le consommateur achetant de l’électricité verte bénéficie donc uniquement de la garantie qu’une quantité d’énergie renouvelable identique à l’électricité consommée a été injectée dans le réseau. 

Afin de permettre au client final de reconnaître et différencier ces offres plus écologiques, des garanties et « labels électricité verte » ont été mis en place. Petit tour d’horizon des acteurs de l’électricité verte et des garanties et labels dont ils bénéficient.

 

Le marché de l’électricité verte en France

Les premiers acteurs de l’électricité 100% verte sont apparus avec l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité en 2007.

Aujourd’hui, la plupart des fournisseurs d’électricité proposent une offre verte. Certains, comme Enercoop, Planète Oui et Lampiris ne fournissent d’ailleurs que de l’électricité issue de sources d’énergie renouvelable. D’autres, tel EDF, ont choisi de se différencier en proposant une additionnalité, c’est-à-dire un réinvestissement d’une partie du prix payé par le consommateur en faveur des énergies renouvelables.

mix énergétiques

Les mix énergétiques communiqués ci-dessus sont donnés à titre informatif, selon les informations disponibles sur le site internet des fournisseurs d’électricité ou communiquées par le service client (Lampiris).

Selon le Bilan Électrique Français de 2015 réalisé par RTE, au total 17,5% de l’énergie produite en France est issue de sources d’énergie renouvelable.

mix france

Les engagements pris en France et dans l’ensemble de l’Union européenne devraient encore booster la production d’électricité verte dans les prochaines années. Ainsi, à l’horizon 2030, la part de l’électricité verte devrait doubler, afin de respecter l’objectif de 40% d’électricité d’origine renouvelable fixé par la loi de transition énergétique pour la croissance verte. Une étude de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) envisage même la possibilité de parvenir à un mix électrique avec 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050.

Pour permettre le développement de ces énergies et assurer leur traçabilité, des garanties d’origine et des labels existent au niveau européen.

La traçabilité de l’électricité verte

  • La garantie d’origine

Créée en 2009, la garantie d’origine est un document électronique assurant au consommateur qu’une part ou une quantité déterminée de l’électricité est d’origine renouvelable ou en cogénération. Pour chaque MWh d’électricité produite, le producteur obtient une garantie d’origine. Il peut alors revendre sa garantie à un fournisseur, permettant ainsi de financer le développement de la production d’électricité à partir d’énergies renouvelables.

Les garanties d’origine présentent cependant quelques limites. Tout d’abord, les producteurs d’énergie revendent leurs garanties au niveau européen. Cela a pour conséquence la création d’un marché autour de la garantie : la Norvège est le principal pays d’origine des garanties. Dès lors, la garantie d’origine ne permet pas nécessairement le développement des énergies renouvelables sur le plan local.

Par ailleurs, une grande part de l’électricité bénéficiant des garanties d’origine est d’origine hydraulique (notamment barrages) et issue de centrales ayant déjà été en activité pendant des décennies, donc amorties. Par conséquent, la garantie d’origine n’implique pas nécessaire qu’une énergie totalement respectueuse de l’environnement a été produite et que son développement est soutenu par la garantie.

Face aux limites des garanties d’origine, des labels ont été créés, afin d’attester un bénéfice écologique et de garantir le soutien de filières énergétiques d’avenir.

  •  Les labels

Au niveau européen, les principaux labels sont :

  • Ok Power, en Allemagne
  • Naturemade, en Suisse
  • Bra Miljöval, en Suède

Ces labels, souvent nationaux, sont encore peu présents en France et peu de fournisseurs d’électricité français sont donc labellisés à ce jour. Ainsi, après le lancement du label EVE (Electricité VErte) en 2008, seul EKOénergie délivre encore des labels aux fournisseurs français.

Focus sur le label EKOenergie Le label EKOénergie, initiative à but non lucratif regroupant 37 organisations environnementales, est apparu en France en 2014.  Il vise à certifier une « énergie 100% renouvelable et provenant de centrales répondant à des critères environnementaux stricts », comme le mentionne le site web du label. Par ailleurs, les fournisseurs certifiés doivent participer à des projets de développement des énergies renouvelables et de restauration des rivières via les fonds Climat et Environnement de EKOénergie.

critères EKOénergie

 

Conclusion

Aujourd’hui, la plupart des acteurs majeurs de la fourniture d’électricité se sont lancés dans les offres d’électricité verte. Le rachat de Lampiris, fournissant uniquement de l’électricité verte,  par Total démontre cet intérêt pour le secteur de l’énergie verte.

La traçabilité des sources d’énergie mises en avant dans ces offres est surtout assurée par les garanties d’origine. Cependant, il peut être compliqué de vérifier que l’achat d’une offre verte sponsorise véritablement le développement de sources d’énergie respectueuses de l’environnement. Les labels viennent compléter les garanties d’origine et assurer que le choix d’une offre verte stimule le recours à des sources d’énergie renouvelable respectueuses de l’environnement.

Malgré tout, avec seulement un fournisseur d’énergie labellisé en France, et de surcroît totalisant moins de 0,5% des parts de marché de l’électrique français, le marché de l’électricité verte labellisée apparaît comme un marché de niche. Face à l’intérêt grandissant des consommateurs pour l’électricité « verte », ainsi que l’influence des autorités publiques dans la promotion des filières d’énergie renouvelable, on peut néanmoins s’attendre à un recours plus systématique aux labels. La création d’un « label électricité verte » français a d’ailleurs été portée au Sénat, institution revendiquant elle-même un approvisionnement en électricité verte.

Dans les années à venir, il est donc fort probable que la tendance ne soit plus seulement au « Label Rouge » mais bien au « Label vert » !

 

Sources

Sources mix énergétiques des fournisseurs d’électricité

 

Pour aller plus loin

Article sur l’intérêt grandissant des consommateurs européens pour l’électricité verte

 

Historique et fonctionnement des garanties d’origine

 

Résumé de l’étude de l’ADEME sur une possible reconversion de la France vers un mix électrique 100% renouvelable d’ici 2050.

 

Bilan électrique français RTE 2015

 

Label EKOénergie

 

Demande d’un “label électricité verte” au Sénat